Thursday, October 29, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


Le général Qasem Soleimani, chef de la force d’élite Quds a été tué par les forces américaines en Irak.

By admin , in ACTUALITÉS , at January 3, 2020

Le meurtre du général Qasem Soleimani, commandant de la force Quds des gardiens de la révolution iraniens, représente une escalade dramatique du conflit de bas niveau entre les États-Unis et l’Iran et dont les conséquences pourraient être considérables.

Des représailles sont à prévoir. Une chaîne d’action et de représailles pourrait s’ensuivre rapprocher les deux pays d’une confrontation directe. L’avenir de Washington en Irak pourrait bien être remis en question. Et la stratégie du président Trump pour la région – s’il y en a une – sera testée comme jamais auparavant.

Philip Gordon, qui était le coordinateur de la Maison Blanche pour le Moyen-Orient et le golfe Persique dans l’administration Obama, a qualifié le meurtre de peu de “déclaration de guerre” par les Américains contre l’Iran.

La Force Quds est la branche des forces de sécurité iraniennes responsable des opérations à l’étranger. Pendant des années, que ce soit au Liban, en Irak, en Syrie ou ailleurs, Soleimani a été un instigateur clé pour étendre et étendre l’influence de l’Iran en planifiant des attaques ou en renforçant les alliés locaux de Téhéran.

Pour Washington, c’était un homme avec du sang américain sur les mains. Mais il était populaire en Iran même. Et en termes pratiques, il a dirigé la riposte de Téhéran contre la vaste campagne de pressions et les sanctions imposées par les États-Unis.

Ce qui est le plus surprenant, ce n’est pas que Soleimani soit dans le collimateur du président Trump, mais bien pourquoi les États-Unis devraient le frapper maintenant.

Une série d’attaques à la roquette à basse altitude contre des bases américaines en Irak ont ​​été imputées à Téhéran. Un entrepreneur civil américain a été tué. Mais les opérations iraniennes antérieures – contre les pétroliers dans le Golfe; l’abattage d’un véhicule aérien américain sans pilote; même l’attaque majeure contre une installation pétrolière saoudienne – tout s’est passé sans réponse directe des États-Unis.

Quant aux tirs de roquettes contre les bases américaines en Irak, le Pentagone a déjà riposté contre les milices pro-iraniennes soupçonnées d’être derrière elles. Cela a provoqué une attaque potentielle contre le complexe de l’ambassade américaine à Bagdad.

En expliquant la décision de tuer Soleimani, le Pentagone s’est concentré non seulement sur ses actions passées, mais a également insisté sur le fait que la grève était censée avoir un effet dissuasif. Le général, indique le communiqué du Pentagone, “élaborait activement des plans pour attaquer les diplomates américains et les militaires en Irak et dans toute la région”.

NETALKOLE MEDIA/MEDIA STELLAIRE/ HAÏTI BROADCASTING

Restez informé(e) 7 jours sur 7, 24h sur 24, des événements marquants de l’actualité haitienne et internationale.

Comments


Leave a Reply


Your email address will not be published. Required fields are marked *