Monday, December 9, 2019
Ann ret konekte ak Peyi w


44 Maires appellent à la signature d’un document commun sur la transition

D’autres acteurs et secteurs rejoignent la population dans sa quête de changement, avec chacun sa propre proposition de sortie de…

By Televizyon Lakay , in ACTUALITÉS LOCALES , at November 4, 2019 Tags: , , ,

D’autres acteurs et secteurs rejoignent la population dans sa quête de changement, avec chacun sa propre proposition de sortie de crise. Ce qui, pour beaucoup, constitue un frein au lieu d’être un avantage. C’est dans cette optique qu’une quarantaine de responsables d’administration communale de la République appelle à la signature d’un document commun sur la transition.

« Tous les acteurs doivent se mettre d’accord sans perdre de temps sur un seul document qui trace la voie de la transition […] » écrivent ces édiles dans une note de presse acheminée à la rédaction de Juno7. Selon eux, la première réponse à la crise humanitaire qui terrasse le pays est d’abord la résolution de la crise politique. Ce qui permettra, selon la note, de reprendre le contrôle du territoire, de ramener l’ordre, la paix, la stabilité politique et économique dans le pays.

Se disant prêts à participer et à contribuer à la recherche d’une solution à la crise, ces maires invitent la Conférence Épiscopale, Pote Kole, la Commission de passation de pouvoir, l’Alternative Consensuelle, le Secteur Démocratique, les Petrochallengers, les dirigeants politiques, la Passerelle, la société civile, les vodouisants, les membres du secteur privé, entre autres, à s’asseoir afin de finaliser ce document.

« Nous voulons d’un autre État et d’un autre système qui octroient des moyens aux conseillers municipaux et aux Casecs pour qu’ils fassent leur travail. […] Un système où l’État central ne sanctionnera pas toute la population d’une commune dont le Maire ne partageant pas la même chapelle politique que lui » poursuivent-ils.

À l’occasion du centenaire de l’assassinat de Charlemagne Péralte, ces élus se disent prêts à se mettre aux côtés du peuple haïtien. « Nous nous engageons à constituer un front de résistance nationale contre toute forme d’occupation étrangère masquée sous un soi-disant déploiement logistique d’aide humanitaire » martèlent-ils.

Parmi les signataires de cette note figurent entre autres les maires de la Croix-des-Bouquets Rony Colin, celui de Port-au-Prince Ralph Y. Chévry, celui de Saint-Marc Nicolas Dorvilus, celui des Gonaïves Neil Latortue, mais également la Mairesse de l’Arcahaie Rosemila Petit-Frère. Cette dernière, signalons-le, se trouve actuellement à Kigali, au Rwanda. Elle doit participer à une conférence sur le leadership politique, la santé, entre autres.

Rappelons que depuis huit semaines le pays est en mode « lock ». Citoyens et leaders politiques réclament la démission du président Jovenel Moïse, accusé de corruption. L’international hausse le ton face à un gouvernement « incapable » et répressif. L’école n’a toujours pas fonctionné. L’administration publique, le commerce, le transport sont paralysés. Alors que les activités reprenaient timidement en cette fin de semaine, l’opposition politique a décrété l’assaut démocratique sur tout le territoire national ce 3 novembre.