Saturday, July 11, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


Aux Gonaïves, des citoyens se préparent à marcher pour la paix

Excédés par des détonations intermittentes au centre-ville, des clivages politiques qui minent la paix sociale, des citoyens de la Cité…

By Rezo Nodwes , in ACTUALITÉS , at December 15, 2019

img

Excédés par des détonations intermittentes au centre-ville, des clivages politiques qui minent la paix sociale, des citoyens de la Cité de l’Indépendance s’inventent en apôtre de la paix. À l’initiative du comité organisateur du 1er Festival international du Vodou, une marche pacifique est programmée pour le 16 décembre prochain pour dénoncer l’inacceptable.

Gonaives, samedi 14 décembre 2019 ((rezonodwes.com))–Face aux hommes armés qui terrorisent la population civile, aux politiques qui alimentent les tensions sociales, la patience des gonaiviens exaspérés par l’instabilité semble avoir atteint ses limites. Une marche pacifique pour appeler au réveil collectif, dénoncer l’inadmissible, responsabiliser les acteurs est programmée.

‘’Tous ceux qui espèrent à un retour à la normale de la
situation, sont invités à nous accompagner sur le macadam. Nous voulons que la
paix revienne dans les foyers, que les enfants reprennent le chemin de l’école,
que les cœurs soient à la fête. Le point de rassemblement se fera à Bigot et le
message final sera délivré aux abords du commissariat’’,
a
informé Beken Petit-Homme, initiateur du mouvement.

Plus de 3 mois après le déclenchement
d’une série de mobilisations populaires pour exiger la démission du Chef de
l’État Jovenel Moise, la ville s’est retrouvée plonger dans une spirale d’incertitudes.
Les activités commerciales roulent au ralenti, l’administration publique est
aux arrêts, la circulation automobile se décline, les écoles ont gardé leurs
portes fermées. L’opposition et le pouvoir se regardent en chiens de faïence et
les sympathisants des deux camps sont sur la corde raide. Les quartiers de
Raboto et de Descahos se retrouvent dos à dos.

‘’On se sent interpellés par le degré de pourrissement du
climat sécuritaire. Les gens armés doivent faire le geste qui s’impose. Nous ne
revendiquons aucun camp politique, seulement nous exigeons la paix, la reprise
de la vie sociale. Des foyers aisés se retrouvent aux abois, tandis que la
situation des familles modestes, incapables de joindre les deux bouts, se
détériore’’,
a lancé Beken Petit-Homme.

Dans le même registre, le
Président du comité organisateur du 1er Festival international du
Vodou, appelle les autorités locales à la responsabilité en œuvrant pour la
consolidation des valeurs civiques et vertueuses.

Hervé Noël
vevenoel@gmail.com