Sunday, November 17, 2019
Ann ret konekte ak Peyi w


Chili : des milliers d’Haïtiens risquent la déportation à cause de la lenteur de l’administration haïtienne

Préoccupé par le sort de 50,000 migrant-e-s haïtiens inscrits sur le registre du gouvernement chilien, le GARR a tenu à…

By Televizyon Lakay , in ACTUALITÉS INTERNATIONALS LOCALES , at July 15, 2019

Préoccupé par le sort de 50,000 migrant-e-s haïtiens inscrits sur le registre du gouvernement chilien, le GARR a tenu à rencontrer l’ambassadeur du Chili en Haïti, Patricio Utreras, pour connaitre l’avenir de bon nombre d’entre eux/elles au Chili qui n’auront pas réussi à régulariser leurs dossiers.

«Nous sommes dans la phase finale de la régularisation. Le plus important, c’est de prendre un rendez- vous en ligne. Dès que le rendez-vous est pris, le migrant sera en attente, ce qui veut dire qu’il est en phase de terminer le processus. Toutefois après le 22 juillet 2019, si le migrant se trouve en irrégularité administrative, des mesures seront appliquées selon la particularité de chaque cas.», confirme l’ambassadeur chilien

La déportation massive des ressortissantes et ressortissants haïtiens ne semble pas être envisagée par le gouvernement chilien. « En un an, nous avons déporté qu’un seul migrant haïtien et c’était depuis 2015. La déportation s’appliquera seulement en cas de mesure extrême. », ajoute le diplomate.

La situation peut ne pas être aussi simple pour tous les migrants haïtiens arrivés au Chili. Ceux qui ne maîtrisent pas l’Espagnol et l’Internet auront des difficultés à s’inscrire sans l’aide d’une tierce personne.

Qu’en est-il des frais à payer ? A ce sujet, l’ambassadeur Utreras dit ne pas avoir une idée exacte des frais exigés.

Rappelons que la première phase de régularisation a débuté le 23 juillet 2018. Ce programme dont la deuxième phase prendra fin le 22 juillet 2019 fait partie de la proposition de réformer la loi sur la migration, signée le 9 avril 2018 par le Président de la République du Chili, Miguel Juan Sebastián Piñera Echenique.

Selon les données de l’Ambassade du Chili, plus de 200,000 Haïtiens vivent actuellement au Chili. Bon nombre d’entre eux sont entrés sur le territoire avec un visa touriste d’une durée de 90 jours au maximum.

Le GARR encourage les représentants diplomatiques haïtiens à continuer d’accompagner les migrants impliqués dans le programme afin qu’ils puissent finaliser le processus de régularisation.