Thursday, July 9, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


De la présence paternelle dans la société haïtienne

« M’pa kwè nou gen yon definisyon de kisa papa ye », ce fut d’une voix unanime l’opinion de trois…

By Mag Haiti , in ACTUALITÉS Event , at June 28, 2020

img

« M’pa kwè nou gen yon definisyon de kisa papa ye », ce fut d’une voix unanime l’opinion de trois grandes dames haïtiennes : la militante Sabine Lamour, Dr Judite Blanc et l’avocate Youdeline Chérizard Joseph, invitées sur le panel « De la présence paternelle dans la société haïtienne » qu’a organisé hier, 27 Juin 2020, sur les réseaux sociaux, la Go for Education (Go Ed) qui est une jeune organisation de jeunes professionnels de divers domaines luttant pour la vulgarisation de la connaissance scientifique dans le milieu haïtien.

Ce fut en effet un long débat lancé autour de la figure paternelle en quatre panels où les opinions divergentes ont été réunies pour définir le visage du père haïtien. Le père, jugé absentéiste par excellence, phénomène anormal auquel la société semble s’accommoder ; la Go for Education (Go Ed) a voulu poser des questions et avoir des réponses autour du père pour conscientiser et honorer.

Le panel 1 a commencé avec le professeur Billy Raynold, psychologue social, qui a souligné qu’autour du père, il y’a une chaîne de souffrance alternant victimes-coupables où l’enfant garçon a été abandonné par son propre père et devenu père, il abandonne à son tour. La psychiatre Marie Ange Jean Fils a enchainé sur les impacts sur le psyché de ces absences qui peuvent être réelles autant que virtuelles, elle accuse des échecs scolaires qui peuvent découler de ces absences paternelles.

L’avocat Joseph Ducasse et Mme Pauline Lecarpentier ont plutôt porté une lecture critique sur la loi de la paternité, maternité et filiation qui est trop peu connue du public et qui laisse place à un éclatement familial car toute déclaration de paternité est vraie jusqu’à preuve du contraire ; telle procédure qui peut durer des années. Ils ont soulevé le point qu’un père a aussi le droit de demander une pension alimentaire à une mère abandonnant son enfant.

Le troisième panel a été vivement animé avec Ralph Emmanuel François et les trois grandes dames précitées où ils ont porté la nécessité d’une redéfinition de la socialisation des mères et des pères car les mères croulent sur le chapeau de femmes fortes et invincibles et les pères, concept trop flou, sont accusés d’avance de soldat tyrannique.

Le dernier panel a confronté différents pères : Wilfrid Théodore, Carel Pedre, Jean Pascal, Romuald Zamy, Ralph Emmanuel F. qui ont livré leurs craintes et efforts pour jouer tant bien que mal ce rôle qu’on n’apprend pas.
Le père, auquel on prête à tort seulement le rôle de pourvoyeur, a une tâche bien plus grande. Il participe à la stabilité émotionnelle, à l’identification sexuelle et l’identité personnelle de sa progéniture. Nous plaidons pour une société inclusive où chacun doit s’acquitter de son rôle et prendre sa responsabilité.
Bonne fête à tous les pères responsables et Conscience et Courage à ceux qui ne le sont encore !
Jovanny Laïla Bien-Aimé
Coordonnatrice et co-fondatrice de Go Ed

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube: https://www.youtube.com/c/maghaiti?sub_confirmation=1&gl=CO&hl=es-419

©️ Tous droits réservés – Groupe MagHaiti 2020