Tuesday, February 25, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


Gonaïves – Attaque armée contre la centrale électrique Simon Bolivar : un véhicule serait identifié

l’électricité devrait se rétablir d’ici lundi aux Gonaives, a appris Rezo Nòdwès. Des riverains ont rapporté avoir identifié vendredi soir…

By Rezo Nodwes , in ACTUALITÉS SOCIETÉS , at December 9, 2019

l’électricité devrait se rétablir d’ici lundi aux Gonaives, a appris Rezo Nòdwès.

Des riverains ont rapporté avoir identifié vendredi soir un pick-up de couleur grise immatriculé au numéro AA-60624 laissant à vive allure le bas de la Rue du Quai, après des tirs nourris sur les locaux de la Centrale Electrique Simon Bolivar, située non loin du warf des Gonaives…

Cité de l’Indépendance, dimanche 8 décembre 2019 ((rezonodwes.com))–Pour bien comprendre ce qui s’est passé aux Gonaives, vendredi soir, il faudrait essayer de vous remémorer l’une des fameuses citations de Papa Doc stipulant « je sais créer des événements pour maîtriser une situation« .

Selon les premières informations pertinentes qui nous sont parvenues, de sources concordantes, au prime abord, elles laissaient croire que les rafales d’armes automatiques tirées en direction de la centrale électrique des Gonaives étaient attribuées à un groupe bien déterminé se plaignant d’un rationnement d’électricité drastique dans leur secteur pour les punir de leurs multiples manifestations anti-gouvernementales.

Cependant, les témoignages de plusieurs riverains dont au moins deux, sous le couvert de l’anonymat, ont pu identifier le véhicule (AA 60624) redémarré en trombe et à bord duquel seraient montés les assaillants qui auraient commis le forfait « prémédité pour jeter les responsabilités directes sur un groupe cible« . Les relevés de son immatriculation pourraient au besoin permettre aux autorités locales, si elles le désirent bien, de faire la lumière sur cette affaire à défaut d’analyses balistiques et scientifiques sur place.

« C’est pour la première fois que la centrale électrique des Gonaives a été attaquée » s’est plaint un membre d’une organisation populaire et farouche opposant au régime du président Jovenel Moïse, indexé de corruption. Il attribue cet acte à une vaine tentative du pouvoir pour se lancer dans « une nouvelle chasse à l’homme avec de nouveaux mandats d’amener émis par le Parquet afin de laisser libre le terrain et permettre éventuellement au Maire de donner les clefs de la ville au président corrompu Jovenel Moïse, le 1er janvier 2020« .

La ville plongée complètement pour la troisième nuit consécutive dans le noir absolu, pourrait connaître d’ici lundi soir une lueur d’une ville éclairée par des lumières distribuées par secteur. Dimanche, le directeur régional du Grand-Nord, lors d’une rencontre avec les autorités municipales, a déclaré avoir « pris des dispositions » pour faire redémarrer les moteurs. Cette fois-ci, le problème de mazout ne se posait pas mais la sécurité des techniciens dans l’exercice de leurs fonctions.

Mais sans électricité, comment un étudiant pourrait-il partir suivre des cours le soir ?

A signaler que dimanche soir, certains quartiers de la ville, notamment les rues avoisinantes le centre-ville, sont éclairés à la lueur de la lumière dégagée par des pneus enflammés annonçant pour lundi une nouvelle journée de protestation afin d’exiger la démission du président Jovenel Moise, « pour son incapacité à diriger le pays« .