Thursday, January 23, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


Haïti pourrait devenir un sanctuaire pour les requins océaniques

Du 13 au 14 novembre, un atelier de planification du rétablissement des requins océaniques  a eu lieu à l’Université Internationale…

By Rezo Nodwes , in ACTUALITÉS SOCIETÉS , at November 26, 2019

Du 13 au 14 novembre, un atelier de planification du rétablissement des
requins océaniques  a eu lieu à
l’Université Internationale de Floride. Organisé par la
NOAA, National Marine Fisheries Service (Service national de la Pêche maritime), un
organisme fédéral des États-Unis,
il a réuni des experts et des parties prenantes pour discuter des moyens
de conserver et de rétablir cette espèce menacée inscrite à l’échelle mondiale.
L’ONG Haiti Ocean Project (HOP) basée à Petite-Rivière-de-Nippes, dans le
sud-ouest d’Haïti, a beaucoup attiré l’attention grâce à son modèle fondé sur
l’établissement de relations étroites avec les pêcheurs et les jeunes.

Lundi 25 novembre 2019 ((rezonodwes.com))– Bien que considérée historiquement comme l’une des espèces de requins les plus abondantes, des recherches ont montré que le requin océanique a subi un déclin démographique de 70 à 80% dans la plupart des régions du monde, principalement pour deux raisons : sa capture dans les pêcheries à la senne et à la palangre et en tant que victime du commerce mondial des ailerons de requin.

Ainsi, le 30 janvier 2018, l’administration Trump a annoncé que le requin
océanique devait figurer sur la liste des espèces «menacées» au sens de la Loi
sur les espèces en voie de disparition, la première espèce de requin à
bénéficier de cette protection dans les eaux américaines continentales de
l’Atlantique.

Le premier requin océanique marqué dans l’histoire d’Haïti et du monde

Les requins océaniques sont
devenus un point focal dans les Caraïbes il y a une décennie, lorsque des
scientifiques spécialistes des requins ont placé des étiquettes satellites sur
près de 100 requins au large de la côte de l’île CAT aux Bahamas. La plupart de
ces requins étaient des femelles adultes enceintes, et leurs données de suivi
les faisaient voyager dans les Caraïbes, dans et autour du Passage du Vent
entre Cuba et Haïti, au nord des Bahamas, à l’ouest des îles Caïmans et plus au
sud, près du Brésil.

La question était de savoir où se
trouvaient leurs aires de reproduction et de croissance, jusqu’à ce que l’un
des chercheurs principaux, le Dr Mark Bond, de l’Université Internationale de
Floride, a découvert qu’Haïti Ocean Project avait peut-être trouvé la réponse
dans la région des Nippes.

Cette découverte a donné lieu à
une expédition en juillet 2018 à bord du navire de recherche M / V Alucia
OceanX, qui a abouti à l’identification de deux requins océaniques, un juvénile
et une femme adulte. « Ce sont les
premiers requins jamais marqués dans l’histoire d’Haïti et le premier requin océanique
juvénile jamais marqué dans le monde. En outre, il a été également prouvé que
des juvéniles habitaient les eaux de la côte nord de Cuba et du sud du Brésil

», a déclaré Jamie Aquino, Présidente et Fondatrice de Haiti Ocean Project.

L’atelier de la NOAA a réuni des représentants des Bahamas, d’Haïti, de Cuba, du Brésil et des îles Caïmans – pays ayant des populations de requins océaniques connues, adultes et juvéniles – pour coordonner un plan de redressement régional. Haiti Ocean Project a reçu la plus grande attention, non seulement pour sa population océanique juvénile confirmée, mais également pour ses relations établies avec les pêcheurs locaux et son succès dans son travail de protection. Historiquement, les pêcheurs ont capturé et tué ces jeunes requins toute l’année. Aujourd’hui, grâce aux efforts d’Haïti Ocean Project, ces requins ont été sauvés.

Lors de l’atelier, le travail de
conservation des requins en cours à Haïti a été applaudi comme modèle pour
d’autres pays des Caraïbes et d’Amérique du Sud, où ces requins juvéniles sont
également tués.

«Après plus d’une décennie d’évaluation et d’identification des
problèmes de la vie marine d’Haïti, il est devenu évident que la plus grande
menace pour notre population de requins océaniques juvéniles était les pêcheurs
artisanaux locaux, qui les capturaient et les tuaient à un rythme alarmant
»,
révèle Jamie Aquino. « Il était encore
plus évident que ces pêcheurs pourraient facilement devenir la solution pour
les sauver. Notre action était donc d’établir des relations et des partenariats
solides avec ces mêmes pêcheurs, ce que nous avons fait, et ils sont devenus
nos alliés dans notre combat pour la protection de ces jeunes requins
. »

Mais dans un pays en crise, ces
programmes de formation nécessitent un financement presque impossible à
trouver. Le Ministère haïtien de l’Environnement ne semble pas comprendre
l’importance d’un sanctuaire potentiel pour les requins qui pourrait changer
l’image du pays le plus pauvre de l’Hémisphère occidental.

Haïti Ocean Project n’a toujours pas
reçu de lettre autorisant l’envoi des échantillons d’ADN des requins aux
États-Unis à des fins de recherche ; une demande envoyée depuis des mois
audit Ministère. Dans un pays où la vulnérabilité de l’environnement est
désastreuse, le ministre de l’Environnement cumule deux mandats et est
également le titulaire du Ministère de l’Économie et des Finances, donnant la
priorité à ce dernier et négligeant toutes les questions environnementales.  

Pourtant, plusieurs requins
juvéniles ont été capturés et étiquetés au cours de l’expédition des experts
américains, notamment le premier requin océanique juvénile jamais identifié
dans les eaux haïtiennes le 5 juillet 2019, au large de la côte d’Anse a Veau.
Cela confirme que les requins océaniques passent une quantité appréciable de
leur vie dans ces eaux et suggère que le lieu de mise à bas des femelles
pourrait se situer quelque part entre les Bahamas et Haïti.

Des recherches ultérieures dans
ce domaine fourniront davantage d’informations pour promouvoir le
rétablissement de cette espèce. Les dispositifs de repérage (étiquettes)
enregistrent la profondeur, la température et la localisation et transmettent
ces données aux scientifiques par satellite, fournissant ainsi des informations
cruciales sur les mouvements des requins océaniques au cours de cette première
phase de leur vie. Comprendre les
mouvements des jeunes requins et leur utilisation de leur habitat sera donc crucial
pour fournir des informations susceptibles de soutenir les efforts mondiaux de
conservation de cette espèce
.

Haiti Ocean Project (HOP) est une
organisation à but non lucratif créée à Haïti en 2007. La mission première de
Haïti Ocean Project est de conserver et de protéger la vie marine telle que les
mammifères marins, les tortues de mer, les requins et les raies, à travers
l’éducation des jeunes, la recherche et collecte de données, la sensibilisation
de la communauté, des politiques publiques et de l’écotourisme.

HOP est également un acteur
majeur du plaidoyer entre Haïti et le monde pour influencer les communautés,
les pêcheurs, les jeunes, les politiques, les structures et les systèmes afin
de faire évoluer la manière dont les espèces marines sont perçues en Haïti et
persuader tous les acteurs d’agir davantage à travers des moyens justes et
équitables à leur égard.

Au fond, il s’agit d’établir des
relations. Il s’agit de s’attaquer aux causes profondes de la pauvreté qui
mettent en danger les espèces marines et de promouvoir leur protection en
Haïti.

Pour en savoir plus sur HOP,
visitez le site Web http://haitioceanproject.org/

Pour voir la vidéo du premier requin marqué de l’histoire d’Haiti, cliquez
sur ce lien YouTube

Nancy Roc, le 25 novembre 2019.

Photo de
couverture : NOAA

Autres
photos : Haiti Ocean Project