Tuesday, December 10, 2019
Ann ret konekte ak Peyi w


Le retour de l’armée…

Graduation le mercredi 14 août de 50 soldats, 50 aspirants sous officiers, 19 officiers. Tous formés au Mexique et en…

By Televizyon Lakay , in ACTUALITÉS LOCALES SOCIETÉS , at August 14, 2019 Tags: ,

Les membres des Forces Armées d’Haïti (FAd’H) avant un défilé militaire à Cap-Haïtien. Vingt-deux ans après sa suppression, l’armée va être rétablie en Haïti, conformément au souhait exprimé par son président, Jovenel Moïse, au risque de provoquer un intense débat dans un pays marqué par les coups d’Etat et par une instabilité politique chronique. /Photo prise le 18 novembre 2017/REUTERS/Andres Martinez Casares

Graduation le mercredi 14 août de 50 soldats, 50 aspirants sous officiers, 19 officiers. Tous formés au Mexique et en Haïti par des instructeurs Mexicains et Haïtiens. Le président de la République donnera  la Commission à un total de 26 officiers.

A tous ceux qui n’avaient pas compris pourquoi certaines personnes jubilaient lorsque l’armée d’Haïti, ancêtre de l’armée révolutionnaire victorieuse des troupes de Napoléon en 1803, avait été démobilisée en 1994, la levée de bouclier lors de sa remobilisation par le président Jovenel Moïse devrait au moins vous mettre la puce à l’oreille.

Car sans l’avouer, on n’a pas bien mesuré  la portée  de cette décision  pour l’avenir du pays.

L’accueil froid réservé à cette importante annonce du chef de l’Etat après son investiture témoigne de ce cynisme ambiant véhiculé à travers le temps par des démolisseurs imperméables aux cris des désespérés face au carnage quotidien des armes non contrôlées.

La remobilisation de l’armée met fin désormais à ce vide, ce désordre. Loin de se décourager malgré les embuches, le président s’est attelé à la tâche et les résultats sont là.

Tout d’abord :

• Le rétablissement de l’armée a été une promesse de campagne du Président Jovenel Moïse

• La présence de l’armée répond aussi à une exigence constitutionnelle. Deux forces armées sont reconnues dans le pays: la police nationale et les forces armées d’Haïti

• Le chef de l’Etat en tant que garant des institutions se devait de les mettre en état de fonctionnement

• La feuille de route du ministre de La Défense recommandait le  recrutement et la formation de nouveaux soldats.

Le prédisent  Jovenel Moïse est un homme de parole et de conviction.

Ferme au poste, convaincu de sa mission de redonner à ce pays son lustre d’antan, de doter le pays d’une armée professionnelle, le chef de l’Etat ne s’est pas laissé détourner de ses objectifs.

Nous avions déjà une première cuvée  d’un bataillon de 250 soldats déployés déjà pour des missions sur le terrain. Ils sont déjà à pied d’œuvre, prêts à porter aide et assistance ; ils étaient sur le terrain lors de catastrophes naturelles, notamment dans le Nord-Ouest pour porter main forte aux populations fortement touchées par le dernier séisme, ou encore dans le département du Nord-Est pour supporter les habitants frappées par les inondations ; cette Armée se démarquera de la vision négative laissée par l’ancienne institution dans le cœur de la population.

L’acquisition des engins lourds par le chef de l’Etat répond aussi à cette mission pour la nouvelle armée ; elle sera une force entrainée dans divers domaines d’intervention pour et aux cotés de la population en toutes occasions.

En outre, 50 aspirants sous officiers seront disponibles pour renforcer la chaîne de commandement.

19 officiers seront par ailleurs commissionnés en tant que cadres intermédiaires et constitueront la passerelle entre l’Etat major et la troupe.

Voilà un exemple clair du travail fourni par ce forcené de la tâche à la tête du pays, confronté à un ensemble de problèmes, susceptibles d’être résolus avec le concours des autres filles et fils soucieux de la grandeur de cette fière Nation.

L’armée est de retour pour le respect de la constitution Haïtienne, pour rendre hommage aux Ancêtres dont nous sommes les Dignes Héritiers.

Vive Haïti et son armée.

Vive l’ordre et la discipline.

Vive la paix et le progrès.

Merci au président de la République son Excellence Jovenel Moïse…

Emmanuel Jean François