Monday, December 9, 2019
Ann ret konekte ak Peyi w


L’opposition annonce la reprise de la mobilisation pour le 5 décembre

Déjà plusieurs mois que l’opposition s’est engagée à renverser le pouvoir en place mais n’y arrive toujours pas. Ce dimanche…

By La Redaction , in ACTUALITÉS , at December 2, 2019

Déjà plusieurs mois que l’opposition s’est engagée à renverser le pouvoir en place mais n’y arrive toujours pas. Ce dimanche 1er décembre, Nenel Cassy, Youri Latortue et André Michel ont tenu une conférence de presse pour annoncer la reprise de la mobilisation aux Gonaïves le 5 décembre prochain ainsi qu’une marche qui doit aboutir devant l’ambassade américaine à Tabarre vendredi pour dénoncer les Américains.

« […] Nous informons que le 5 décembre, l’opposition, dans sa totalité, sera aux Gonaïves pour lancer un message clair. Nous y planterons nos tentes jusqu’au 3 janvier » a annoncé le sénateur Nènel Cassy.

Il est clair pour l’opposition qu’elle a fait ses devoirs. Si Jovenel Moïse n’a pas encore quitté le pouvoir, c’est grâce aux États-Unis. C’est pour cela que l’opposition entend envoyer un message au président Trump par l’intermédiaire de la délégation américaine qui doit rentrer en Haïti cette semaine.

« Le 6 [décembre], de façon pacifique, dans l’ordre et la discipline, nous allons apporter un message à la délégation américaine qui entrera en Haïti. Les dirigeants accompagneront la population, y compris ceux qui ont des visas [américains] » a poursuivi Nènel Cassy.

Le porte-parole du Secteur Démocratique et populaire, pour sa part, a condamné le « massacre » de Mariani où neuf personnes sont victimes, selon ses dires. Il a accusé des proches du pouvoir en place d’être responsable de cette « tuerie ». À en croire Me André Michel, ces individus participaient à une réunion pour relancer la mobilisation lorsqu’ils ont été attaqués.

« Là encore, c’est un autre massacre du pouvoir de Jovenel Moïse sur la population. Tous ces massacres, ajoute-t-il, sont perpétrés avec la complicité de la communauté internationale, plus particulièrement l’ambassade américaine » a déclaré l’homme de loi. L’ambassade américaine, moralement, ne peut pas continuer à supporter un président accusé de corruption et qui viole les droits humains, a-t-il poursuivi.

« La communauté internationale doit comprendre qu’elle a commis des fautes inacceptables et l’opinion internationale doit comprendre que l’ambassade américaine est en train de supporter des actes de violations de droits humains. Malgré tout, ils nous demandent de négocier, d’aller cohabiter avec Jovenel Moïse. […]. Personne ne traversera les cadavres de nos frères et sœurs assassinés pour aller chercher du travail. Nous sommes pas des demandeurs d’emploi. Notre combat est de casser ce système d’exclusion, de construire un pays dans l’intérêt du peuple haïtien… Ce serait totalement inacceptable, immoral de la part de l’opposition d’aller monter un gouvernement après tous ces massacres ».

De son côté, le sénateur de l’Artibonite Youri Latortue a dénoncé la « relation » qu’entretiennent des membres du Cabinet de Jovenel Moïse avec des gangs armés. Il a cité le cas de Fritz Jean Louis qui aurait distribué des armes à des bandits à « Ti bwa » et au niveau du Bicentenaire. La mauvaise répartition de ces armes, selon Youri Latortue, a été l’origine de l’attaque armée contre l’ancien ministre chargé des questions électorales.

C’est pourquoi l’élu de l’Artibonite a demandé au président de la Commission justice et Sécurité du Sénat de conclure l’enquête sur le dossier d’implication du Palais national dans les différents massacres dans le pays. « J’ai écrit au sénateur Sénatus pour lui demander de conclure l’enquête puisque nous avions déjà établi la relation entre des gangs et le Palais national et que nous venons de découvrir qu’il s’agit de M. Fritz Jean Louis. » « L’opinion internationale tant que nationale verra la relation entre les gangs et le Palais national » a-t-il ajouté.