Sunday, April 5, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


« Madame Manigat, l’instinct politicien qui vous régit humilie le côté constitutionnaliste que vous vendez », écrit Rony Blain

Jeudi 9 janvier 2020 ((rezonodwes.com))– A MIRLANDE MANIGAT New York, le 9 janvier 2020 En ouvrant mon ordinateur cet après-midi,…

By Rezo Nodwes , in ACTUALITÉS SOCIETÉS , at January 10, 2020


Jeudi 9 janvier 2020 ((rezonodwes.com))–

A MIRLANDE MANIGAT

New York, le 9 janvier 2020

En ouvrant mon ordinateur cet après-midi, je me suis retrouvé face à l’entrevue que vous avez accordée à Radio Méga, apparemment hier. N’y croyant pas mes yeux, je me suis rassuré en l’écoutant une seconde fois.

Puisque la question se portait sur la crise parlementaire, votre intervention a été très utile sur la durée du mandat de ces élus. Vous avez opéré à la lumière des articles de la Constitution concernant cette problématique.

Par contre quand, soudainement vous proposez la solution de la table rase, vous sortez ipso facto de la ligne de conduite initiale. L’instinct politicien qui vous régit humilie le côté constitutionnaliste que vous vendez.

Seulement la semaine dernière, Éric Jean-Baptiste, votre acolyte, l’homme dont le museau est incapable de prononcer aucune langue terrestre, a rencontré le Président. Il n’a pas révélé à la presse ce qu’il a entendu ni ce qu’il vous a dit.

A mon avis, votre mission première ne consistait pas à faire la lumière sur la crise parlementaire. Vous êtes téléguidée pour porter un message politique à l’encontre du corps législatif.

Sans aucune forme de décence, vous avez dit : « Notre parlement est une comédie. » Ancien chef de parti, vous êtes l’un des clowns qui a fait fonctionner ce cirque pendant des années.

Les préalables que vous avez fixés pour l’année 2020 consistent à rédiger une nouvelle constitution, créer un conseil électoral, présenter la loi électorale. De plus vous avez ajouté qu’il faut couper le nœud gordien, ce qui signifie le renvoi des deux chambres.

Il apparaît déloyal par votre définition d’épargner la présidence et de crucifier le parlement, tout en omettant de mentionner les dérives des derniers temps.

Dans l’amalgame d’idées qui pleuvaient votre interviewer avança la possibilité d’une modernisation institutionnelle. Vous  avez spécifié que l’exécutif et le gouvernement ne seront pas affectés par ces nouvelles dispositions dans l’immédiat.

Les citoyens perspicaces croient que votre entrevue n’est autre qu’une tentative pour sauver Jovenel Moise en poignardant le peuple qui aujourd’hui encore saigne de ses amputations.

Selon votre bon sens, jovenel Moïse, l’imposteur doit rester pour rédiger une Constitution immorale, publier des lois électorales impudiques, former un Conseil électoral international?

La rue nationale a fixé le sens de tabula rasa. Il s’agit du changement absolu de régime politique. Elle tient à ce que l’état soit repensé, redéfini et réorienté. Elle réclame à l’avènement d’un Conseil de gouvernement provisoire, l’intronisation d’une réforme générale et l’émergence d’une nouvelle classe politique.

Derrière l’apparence de constitutionnaliste, êtes-vous capable de poignarder un peuple aussi pauvre, aussi innocent, aussi crédule ?

Les dérives actuelles sont causées par des partis politiques qui depuis 1987 visent les postes électifs, convoitent les fonctions élevées de l’administration, participent à la corruption endémique.

Vous voulez faire sortir le pays de la logique du changement, pour l’introduire dans la logique électorale ?

A cet âge, peut-on être si vilain, si coquin, si vipère, si disgracieux?

Rony Blain
Phare de la rue nationale
Initiateur de la Nouvelle opposition nationale
Fondateur du Directoire de la transition et de la réforme.