Tuesday, March 31, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


« Mettre fin aux ambitions nucléaires de la Corée du Nord, l’administration Trump bluffe » critique John Bolton, un conseiller déchu du président

Dans ses critiques les plus tranchantes sur son ancien lieu de travail (la Maison Blanche), John Bolton a suggéré que…

By Rezo Nodwes , in ACTUALITÉS SOCIETÉS , at December 23, 2019

Dans ses critiques les plus tranchantes sur son ancien lieu de travail (la Maison Blanche), John Bolton a suggéré que « l’administration Trump qui a bluffé en disant vouloir arrêter les ambitions nucléaires de la Corée du Nord, pourrait bientôt devoir admettre publiquement que sa politique a piteusement échoué« .

Dimanche 22 décembre 2019 ((rezonodwes.com))– Bolton a déclaré dans une interview exclusive à Axios qu’il n’avait à aucun moment pensé que l’administration « le prenait très au sérieux » lorsque le président Trump et les hauts fonctionnaires avaient promis d’empêcher la Corée du Nord d’avoir des armes nucléaires livrables – « ou elle suivrait une voie différente ».

L’ancien conseiller à la sécurité nationale du président, qui a servi l’administration républicaine jusqu’en septembre, la critique publiquement et sévèrement. « Si Kim Jong-un donne suite à sa menace de provocation de Noël », a indiué Bolton, ajoutant que « la Maison Blanche devrait faire quelque chose « qui serait très inhabituel » pour cette administration: admettre qu’ils se sont trompés sur la Corée du Nord« .

« L’idée que nous exerçons une pression maximale sur la Corée du Nord n’est malheureusement pas vraie« , a souligné Bolton.

Si Kim fait un signe de nez aux États-Unis, a souligné Bolton qui dit « espérer que l’administration dira: « Nous avons essayé. La politique a échoué… Ensemble avec nos alliés, quand nous disons que c’est inacceptable, nous allons démontrer que nous ne l’accepterons pas ».

Bolton a décrit ses préoccupations concernant la stratégie de Trump en Corée du Nord dans une interview avec Axios la semaine dernière. Il est allé beaucoup plus loin, note le journal, que ses remarques précédentes depuis qu’il a quitté l’administration.