Wednesday, February 26, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


Mozambique – Corruption : incluant le président de la République, un tribunal de Brooklyn se penche sur le paiement de commissions à plusieurs personnalités par une firme privée

Nouvelles révélations dans le procès de la dette cachée du Mozambique qui se tient dans un tribunal fédéral à Brooklyn…

By Rezo Nodwes , in ACTUALITÉS SOCIETÉS , at December 1, 2019

Nouvelles révélations dans le procès de la dette cachée du Mozambique qui se tient dans un tribunal fédéral à Brooklyn (NY), aux Etats-Unis.

A Brooklyn, à 13.000 km de Mozambique, se tient le procès pour corruption et fraude de plusieurs participants de cette affaire aux multiples rebondissements. Le Procès Petro Caribe en Haïti interdit par le système va-t-il se perdre dans les lointains d’un horizon qui se dérobe sans cesse …?

Les Etats-Unis et le Mozambique se disputent l’extradition d’un ancien ministre des finances de la Mozambique emprisonné en Afrique du Sud

le dossier à consulter : The case « U.S. v. Boustani, 18-cr-681, U.S District Court, Eastern District of New York (Brooklyn) ».

New York, samedi 30 novembre 2019 ((rezonodwes.com))– Un tribunal fédéral de Brooklyn à New York, se penche sur le paiement de commissions à plusieurs personnalités mozambicaines par Privinvest. La société du milliardaire Iskandar Safa était chargée de fournir des bateaux de pêche et de défense, et des infrastructures portuaires. Elle aurait financé à hauteur de $4 millions la campagne du président Filipe Nyusi, réélu en octobre dernier pour un second mandat de 5 ans.

La colère monte à Maputo. Vendredi, l’opposition a appelé à la démission du président Filipe Nyusi, empêtré dans le scandale des « tuna bonds » et de la dette cachée du Mozambique.

La déflagration est venue d’un tribunal américain, à plus de 10.000 kilomètres de la capitale du Mozambique. A Brooklyn se tient le procès pour corruption et fraude de plusieurs participants de cette affaire aux multiples rebondissements. L’ancien ministre des finances, Manuel Chang, est toujours emprisonné en Afrique du Sud, les Etats-Unis et le Mozambique se disputant son extradition. Trois ex-banquiers de Credit Suisse ont plaidé coupable. Jean Boustani, l’ancien responsable des ventes de Privinvest, la société du milliardaire franco-libanais Iskandar Safa, a préféré défendre sa cause.

le verdict est attendu en début de semaine

Commissions

Désormais seul sur le banc des accusés, Jean Boustani réfute les accusations, expliquant qu’il n’a jamais été en contact avec les investisseurs. Quant aux commissions, il s’agissait uniquement de payer des intermédiaires qui pourraient l’aider à développer ses activités sur le continent africain. Parmi ceux-ci, on compte des ministres, un responsable des services secrets ou encore le fils de l’ancien président.

Selon la retranscription des débats judiciaires, le versement de ces sommes correspond, pour Boustani, à des investissements dans des projets portés par les partenaires locaux de Privinvest. Et, pour une part, au financement de la campagne de l’actuel président du Mozambique. Ces versements étaient connus et validés par Iskandar Safa, explique l’homme d’affaires. Le verdict est désormais attendu.

Notons que Privinvest était chargé de fournir à la Mozambique une flottille de bateaux thoniers, des bâtiments militaires d’escortes et les infrastructures portuaires correspondantes, pour un total de 2 milliards de dollars.