Tuesday, November 12, 2019
Ann ret konekte ak Peyi w


Pour l’OMS, les aliments pour bébés sont trop sucrés

De nombreux produits alimentaires pour bébés sont trop sucrés et ne sont pas adaptés pour des nourrissons de moins de…

By Televizyon Lakay , in ACTUALITÉS LOCALES , at July 16, 2019

De nombreux produits alimentaires pour bébés sont trop sucrés et ne sont pas adaptés pour des nourrissons de moins de six mois, révèlent deux études du bureau européen de l’Organisation mondiale de la santé (OMS)

De tels aliments peuvent porter préjudice au développement et à la santé des enfants, alerte l’agence onusienne dans un communiqué publié lundi.

Si les fruits et légumes contenant naturellement des sucres conviennent aux nourrissons et aux jeunes enfants, l’OMS juge préoccupant le niveau très élevé de glucides rapides dans les purées commercialisées pour bébés.

Bien que ces produits alimentaires soit autorisé par la législation de l’Union européenne, ils ne suivent pas les recommandations du Code international de commercialisation des substituts du lait maternel de l’OMS ni les directives énoncées par l’agence onusienne. Les deux stipulent explicitement que les aliments de complément ne doivent pas être commercialisés comme étant convenables pour les nourrissons de moins de 6 mois.

« Les aliments pour nourrissons et enfants en bas âge doivent être conformes aux diverses recommandations établies en matière de nutrition et de composition. Néanmoins, il existe des craintes sur le fait que de nombreux produits contiennent encore trop de sucres », a déclaré le Dr João Breda, chef du Bureau européen de prévention et de contrôle des maladies non transmissibles de l’OMS.

L’OMS recommande, de longue date, que les enfants soient allaités exclusivement au sein pendant les six premiers mois de leur vie.

« Une bonne nutrition pendant la petite enfance reste essentielle pour garantir la meilleure croissance et le développement optimal de l’enfant », souligne le Dr Zsuzsanna Jakab, la directrice régionale de l’OMS pour l’Europe. « Cela permet notamment d’améliorer les résultats pour la santé plus tard dans la vie et de prévenir les risques de surpoids, d’obésité et de maladies non transmissibles liées à l’alimentation », souligne-t-elle.

L’agence onusienne a élaboré un projet de modèle nutritionnel pour les enfants âgés de 6 à 36 mois afin de déterminer les aliments inappropriés pour cette tranche d’âge. Ce projet a été soumis aux Etats membres et aux parties prenantes pour examen. Le bureau européen de l’OMS a également mis au point une méthodologie permettant d’identifier les aliments commerciaux pour bébés disponibles dans les magasins et de collecter des données sur le contenu nutritionnel mentionné sur les étiquettes, ainsi que d’autres informations présentes sur l’emballage.