Saturday, July 11, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


Tuerie au Bel-Air: le CG Jacques Lafontant dit attendre les résultats de l’enquête de la DCPJ pour déclencher les poursuites

La tuerie survenue à Bel-Air au début de ce mois de novembre ayant fait au moins 12 morts dans ce…

By Televizyon Lakay , in ACTUALITÉS , at November 21, 2019

img

La tuerie survenue à Bel-Air au début de ce mois de novembre ayant fait au moins 12 morts dans ce quartier pauvre de Port-au-Prince, continue de faire des vagues dans l’opinion publique. Le Réseau National de défense des Droits Humains a indexé Jimmy Cherizier dit Barbecue ainsi que des proches du pouvoir dans cette affaire criminelle. Et dans ce dossier, conformément aux recommandations annoncées mardi par le titulaire du ministre de la justice et la sécurité publique, Jean Roudy Aly, le parquet de Port-au-Prince promet une application stricte de la loi.

Contacté au téléphone ce mercredi par la rédaction de Juno7, le commissaire a.i du gouvernement près le Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince, Jacques Lafontant, informe qu’il attend actuellement les conclusions de l’enquête de la Direction Centrale de la Police Judiciaire.

« Concernant ce dossier, nous avions fait une saisine d’office sur les faits avant de donner délégation à la DCPJ pour conduire l’enquête. Je crois que cette institution est à pied d’oeuvre afin de finaliser son rapport« ,informe le CG Lafontant qui dit attendre les résultats pour pouvoir confirmer l’origine des incidents, fixer les responsabilités et déclencher les poursuites contre les auteurs, co-auteurs et complices de ces actes.

En ce sens, le chef du parquet encourage toutes les victimes à continuer à porter plainte car, précise-t-il, l’enquête n’est pas encore fermée.

Réagissant au dossier relatif au massacre de La Saline, le commissaire a.i du gouvernement près le Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince, Jacques Lafontant, confirme que 20 arrestations ont déjà été effectuées dans le cadre de cette affaire.

Puisque cette affaire se trouve encore entre les mains d’un juge d’instruction, le magistrat Chavannes Étienne, le Commissaire a.i du Gouvernement de Port-au-Prince dit attendre pour l’instant son ordonnance pour pourvoir faire ce que de droit.