Loading...
You are here:  Home  >  ACTUALITÉS  >  Current Article

Un haïtien sans qualification gagne mieux sa vie en RD qu’un employé de banque en Haïti

By   /  September 2, 2019  /  No Comments

    Print       Email

Un document intitulé « Contribution à la valeur ajoutée de la population d’origine étrangère en République Dominicaine » une étude complémentaire à la deuxième enquête nationale sur les immigrés menée par l’Union Européenne (UE) et le Fonds des Nations Unies pour la population (UNPA), révèle que les étrangers en situation régulière sur le territoire dominicain, représentent 9.5% de la main-d’œuvre active soit 334,000 haïtiens sur 417,000 travailleurs étrangers.

L’étude indique que le revenu mensuel moyen des immigrants était 12,108.88 pesos (±22,602 Gourdes) , avec des différences entre les lieux d’origine de ces personnes. Par exemple, les personnes nées en Haïti gagnent en moyenne RD$11,478.4 par mois (21,425 Gourdes), tandis que celles nées dans d’autres pays gagnaient environ RD$15,360.9 par mois (28,700 Gourdes). Selon l’étude cette différence pourrait s’expliquer par le niveau d’éducation.

A noter que le salaire minium en République dominicaine vient d’augmenter de 14% depuis la sortie de cette étude et n’est pas pris en compte dans lemontant des salaires cités

« On peut s’attendre à ce que les revenus perçus sur le marché du travail par la population née en Haïti soient inférieurs à ceux des autres travailleurs nés dans d’autres pays, en raison de leur faible niveau de formation, ce qui influe également sur le type d’activité auquel ils se consacrent, ils sont généralement peu productifs et ne nécessitent que peu de spécialisation » indique l’étude. Seulement 2,44% des haïtiens travaillant en République Dominicaine ont achevé des études universitaires, alors que près du tiers des étrangers d’autres pays ont une formation universitaire

Dans certaines secteurs activités, non seulement les salaires sont élevés, mais la productivité aussi, par exemple, dans la construction et l’agriculture, les haïtiens, génèrent 30% de la valeur ajoutée de ces activités. La productivité, en général, a augmenté dans le pays, tant chez les dominicains que chez les étrangers.

À titre de comparaison en Haïti selon le Salaire minimum révisé en mars 2019 our le segment A (salaire minimum le plus haut) : banques, maisons de transfert, sociétés d’assurance) ; télécommunications ; commerce import-export ; supermarchés ; bijouteries ; galeries d’art ; magasins de meubles, de mobilier et d’appareils électroménagers ; cabinet de médecins, polycliniques, hôtel 4 hibiscus le salaire mensuel moyen est d’environ 19,200 Gourdes (calculé sur 4 semaines de 6 jours par mois).

Notons enfin que les transferts de la diaspora haïtienne en République Dominicaine vers Haïti, selon une note d’information de la Banque Mondiale se sont élevés en 2017 66 millions de dollars, 2e derrière les États-Unis position et juste devant la France (3e avec 149 millions).

    Print       Email

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

You might also like...

L’ONA accueille une vingtaine de Maires assurés volontaires

Read More →