Thursday, December 5, 2019
Ann ret konekte ak Peyi w


Néhémie Joseph cible de menaces de mort, avant son assassinat

Nouveau coup dur pour la presse haïtienne qui vient de perdre Néhémie Joseph, journaliste de radio Panic FM de Mirebalais…

By televizyonlakayeditor , in ACTUALITÉS LOCALES Uncategorized , at October 11, 2019 Tags: ,

Nouveau coup dur pour la presse haïtienne qui vient de perdre Néhémie Joseph, journaliste de radio Panic FM de Mirebalais et correspondant de radio Méga de Port-au-Prince. Cet acte survient quatre mois après la mort de Rospide Pétion, journaliste de Radio Sans Fin (RSF) tué par balle le 10 juin 2019.

Néhémie Joseph a été connu pour ses prises de positions fermes contre certains dirigeants politiques du département du Centre. D’ailleurs, il faisait l’objet de plusieurs menaces de mort proférées par certains d’entre eux avant la commission du crime.

A travers des émissions de radio et sur les réseaux sociaux, le journaliste avait souvent raconté comment des autorités de Mirebalais, proches du pouvoir en place, s’évertuaient à l’intimider parce qu’il manifestait son désaccord à l’égard des dérives du régime de Jovenel Moïse.

Dans la foulée, une conversation musclée entre la victime et le propriétaire de Scoop FM, le journaliste Garry Pierre Paul Charles, a suscité moult spéculations à propos de cet assassinat ce vendredi matin. Par rapport à cette situation, le patron de média a tenu à apporter des rectifications en évoquant ce qu’il appelle « une mauvaise utilisation d’une discussion qu’il a eue avec un collègue dont il voulait juste éclairer la lanterne concernant la pratique du métier de journalisme ».

« A priori, la population de Mirebalais sait qui sont les gens qui ont menacé le journaliste avant sa mort […] », a martelé Garry Pierre Paul Charles, estimant que ces commentaires ne feront que « noyer l’enquête ».

Le travailleur de la presse a été tué par balle dans la nuit du 10 octobre 2019 à Parc Bayas par des individus jusque-là non identifiés. Une manifestation se déroule ce vendredi à Mirebalais où une foule réclame justice pour Néhémie Joseph.