Friday, December 13, 2019
Ann ret konekte ak Peyi w


Propos scandaleux : Le nouveau PM va-t-il démissionner comme le gouverneur de Porto-Rico?

Moins de 24 heures après la démission forcée du gouverneur de Porto-Rico pour propos infamants et diffamatoires tenus à propos…

By Televizyon Lakay , in ACTUALITÉS LOCALES , at July 26, 2019

Moins de 24 heures après la démission forcée du gouverneur de Porto-Rico pour propos infamants et diffamatoires tenus à propos de ses concitoyens lors de conversations privées sur internet, un scandale similaire a éclaté en Haïti. L’acteur principal n’est autre que le premier ministre fraîchement nommé par le président Jovenel Moise, Fritz William Michel, vendu comme un personnage politiquement vierge par l’Exécutif haïtien

A Port-au-Prince, jeudi, des milliers d’internautes n’en croyaient pas leurs yeux quand des tweets, attribués au premier ministre nommé, Fritz William Michel, ont commencé à défiler sur leur écran de portable ou d’ordinateur.

Dans ces tweets, l’auteur a qualifié l’opposition de « fatras », alors que la Présidence ne cesse de parler de dialogue avec ce secteur.

La presse n’a pas été épargnée, car des noms de journalistes de carrière, Liliane Pierre-Paul et Jean Monard Métellus, maintes fois vilipendés par le chef spirituel des Tet Kale, Michel Joseph Martelly, ont été traînés dans la boue.

« Liliane Pierre-Paul et Jean Monard Metellus sont les deux plus grands voyous de la presse haïtienne », peut-on lire dans un de ces tweets.

Cette dernière déclaration a fait sortir Liliane Pierre Paul de ses gongs. Celle-ci, durant son émission « Jounal 4trè », a affirmé que le premier ministre nommé fait partie de la voyoucratie locale, ayant livré le pays aux gangs et aux étrangers tout en dansant sur la misère du peuple et en s’enrichissant outrageusement et d’une manière illicite.

Avec ce scandale similaire à celui qui a porté la population de Porto Rico à contraindre le gouverneur Ricardo Rosello à démissionner, Fritz William Michel, va-t-il suivre ce même chemin?

Quelle sera la réaction des présidents des deux chambres, Cantave et Bodeau, et de leurs collègues face à cette nouvelle donne?