Tennis : Naomi Osaka à la recherche de nouveaux talents sportifs en Haïti

Naomi Osaka : Nouvelle visite de la championne haitiano-japonaise en Haïti

Mercredi 23 septembre 2020 ((rezonodwes.com))– Sans tambour ni trompette, la championne de Tennis Naomi Osaka, débarque une nouvelle fois dans le pays natal de son père, Haïti.

Cette nouvelle visite, effectuée quelques jours après son deuxième sacre à l’US Open la devrait permettre à la jeune athlète d’évaluer la bonne marche de ses projets éducatifs à Jacmel.

La star mondiale sponsorise en effet un établissement scolaire et un centre d’apprentissage du Tennis. A partir de ce dernier projet, Naomi Osaka espère découvrir de nouveaux talents qui pourront, à l’avenir, faire flotter le drapeau haitien sur les courts de Tennis les plus prestigieux du monde.

Ce voyage débuté lundi se réalise également dans le cadre de la réalisation par le géant du streaming, Netflix, d’un documentaire qui serait très bientôt diffusé sur le réseau américain.

En effet, Naomi Osaka va être au coeur d’un docu-série sur la plateforme de streaming Netflix. Il dévoilera entre autres les coulisses de la carrière de la jeune sportive, depuis l’US Open 2019, où son match contre Coco Gauff avait déjà beaucoup fait parler, jusqu’aux JO de Pékin.

Selon les informations dévoilées jusqu’ici, le documentaire détaillera « le parcours [d’Osaka] dans le monde du tennis, sa vie en dehors du court ». La date de sortie n’a pas encore été communiquée.

Le tabac est responsable de 20% des décès dus aux maladies coronariennes

Chaque année, 1,9 million de personnes meurent de maladies cardiaques provoquées par le tabac, selon un nouveau rapport conjoint publié mardi par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la Fédération mondiale du cœur et l’Université de Newcastle, en Australie, à l’occasion de la Journée mondiale du cœur, qui sera célébrée le 29 septembre.

Mercredi 23 septembre 2020 ((rezonodwes.com))– « Les fumeurs sont plus susceptibles de subir un accident cardiovasculaire aigu à un plus jeune âge que les non-fumeurs », ont précisé les auteurs du rapport invitant « tous les fumeurs à arrêter de fumer et à éviter une crise cardiaque ».

Offrir de services de sevrage 

Selon le rapport, peu importe qu’il s’agisse de quelques cigarettes par jour, de tabagisme occasionnel ou d’exposition à la fumée secondaire, le tabac augmente le risque de maladies cardiaques. Toutefois, si les fumeurs prennent des mesures immédiates et cessent de fumer, leur risque de maladie cardiaque diminue de 50% après un an d’abstinence.

« Compte tenu des preuves sur le tabac et la santé cardiovasculaire et des avantages pour la santé de l’arrêt du tabac, ne pas offrir de services de sevrage aux patients souffrant de maladies cardiaques pourrait être considéré comme une faute professionnelle ou une négligence clinique », a déclaré le Dr Eduardo Bianco, président du groupe d’experts sur le tabac de la Fédération mondiale du cœur. 

« Les sociétés de cardiologie devraient former leurs membres au sevrage tabagique, ainsi que promouvoir et même piloter les efforts de sensibilisation à la lutte antitabac », a maintenu Dr Bianco.OMSSelon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’usage du tabac fait environ huit millions de victimes par an.

La cigarette électronique aussi est nocive

Le dossier démontre également que le tabac sans fumée est responsable d’environ 200.000 décès par an dus à des maladies coronariennes, et que la cigarette électronique, qui augmente la pression artérielle, accroît le risque de maladie cardiovasculaire.

De plus, l’hypertension artérielle et les maladies cardiaques augmentent le risque de Covid -19 grave. 

Une récente enquête de l’OMS a révélé que parmi les personnes qui sont mortes de Covid -19 en Italie, 67% souffraient d’hypertension et en Espagne, 43% des personnes qui ont développé la Covid-19 vivent avec une maladie cardiaque.

« Les gouvernements ont la responsabilité de protéger la santé de leur population et de contribuer à faire reculer l’épidémie de tabagisme. Faire en sorte que nos communautés soient sans tabac réduit le nombre d’admissions à l’hôpital liées au tabac, ce qui est plus important que jamais dans le contexte de la pandémie actuelle », a déclaré le chef de l’Unité antitabac de l’OMS, Dr Vinayak Prasad.

La lutte contre le tabagisme est un élément clé pour réduire les maladies cardiaques. 

Les organisations affirment que les gouvernements peuvent aider les consommateurs de tabac à arrêter de fumer en augmentant les taxes sur les produits du tabac, en faisant respecter les interdictions de publicité pour le tabac et en offrant des services pour aider les gens à renoncer au tabac.

Dr Dunois Erick Cantave : Il faut redoubler de combativité pour arrêter le train de la mort

Mercredi 23 septembre 2020 ((rezonodwes.com))– Avec ces massacres et assassinats spectaculaires dont ceux de La saline, du Bel-Air, de Cité Soleil, de Carrefour feuille, de Mariani, et plus récemment ceux de monsieur Saieh et de Me Monferrier Dorval, le message est clair. Ils ont franchi le Rubicon. Avant le mois de novembre il y en aura probablement d’autres.

C’est la stratégie de la terreur pour réduire la population au silence et nous obliger à avaler leur stratagème afin de se maintenir au pouvoir pour continuer leur pillage, leur gestion approximative, bref, leur pilotage à vue. D’ailleurs, aujourd’hui, ils mélangent tout, sèment la confusion, allant jusqu’à parler d’un conseil électoral qui viendrait organiser une révision constitutionnelle et des élections…

Il revient à la société haïtienne dans son ensemble (partis politiques, société civile, société religieuse…) de réagir, d’agir, de se préparer à bloquer cette machine infernale et à prendre les commandes en dépit du support à peine voilé d’étrangers, d’une petite clique de l’oligarchie haitienne sans scrupule, de cette camarilla de gangsters partisans, de complices, d’opportunistes insatiables, prêts à tout pour conserver le produit de leurs forfaits et ne pas subir les rigueurs de la justice…

Ils ont compris et ont pris la mesure de leur survie politique. Ils ont tissé une toile de terreur avec les gangs dans les quartiers populaires et dans certaines villes de province, avec la politisation de la police et la mise sous coupe réglée de l’appareil judiciaire afin de poursuivre leur folle chevauchée.

Ainsi, ils avancent résolument contre leurs adversaires politiques en orchestrant simultanément assassinats, emprisonnements illégaux, persécutions politiques tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays pour tenter de bloquer toute velléité de mobilisation, de dénonciation de leur régime politique prédateur, sanguinaire et empêcher tout procès des auteurs des crimes financiers et de sang.

Le moment n’est plus aux lamentations attendant tranquillement notre propre exécution et/ou des persécutions qui ne tarderont pas à venir dans ce climat de torpeur, de mensonges, d’hypocrisie, d’abus, de faire-semblant et de violence quasi- systématique si nous ne nous organisons pas pour donner une réponse adéquate à cette situation.

Ne nous laissons pas envahir par la peur. Nous avons pour devoir de la maîtriser, la transformer en énergie, en courage et en stratégies nécessaires pour contrer leur plan macabre et offrir d’autres perspectives à la population.

Avec détermination, en ordre serré, faisons reculer la violence, l’injustice, l’arrogance, l’ignorance, l’incompétence, la corruption et la misère. Nos enfants, nos sœurs et frères haïtiens le méritent bien. Nous présentons une nouvelle fois nos sympathies et condoléances aux victimes de la répression que l’on tente de faire passer pour du banditisme social. Personne n’est dupe.

Il faut redoubler de combativité pour arrêter ce train de la mort, reprendre en main notre pays avec une alternative fiable, viable, une mobilisation intelligente et soutenue.

Brésil: des détenus mobilisés pour combattre les incendies au Pantanal

Mercredi 23 septembre 2020 ((rezonodwes.com))– depuis dix ans, Eliseu dos Santos est fier de se rendre utile en dehors de sa cellule, en prêtant main-forte aux pompiers pour combattre les incendies qui ravagent le Pantanal brésilien.

« Nous sommes ici pour accomplir tout type de tâche : nous avons suivi une formation chez les pompiers pour aider à éteindre les incendies, mais aussi à sauver des animaux en leur apportant de l’eau ou de la nourriture », raconte le détenu de 54 ans à l’AFP.

« Beaucoup d’animaux sont en train de mourir. Je suis content de pouvoir aider, mais ça me rend triste de voir tout ce qui se passe de mes propres yeux », poursuit-il, tout en préparant des fruits qu’il laissera dans des mangeoires le long de la Transpantaneira, route de terre battue de 150 km qui traverse le Pantanal, dans l’Etat du Mato Grosso (centre-ouest).

Eliseu s’est porté lui-même volontaire, avec une dizaine d’autres détenus en fin de peine choisis comme lui pour leur comportement exemplaire.

L’AFP a accompagné un groupe de prisonniers aidant les pompiers à creuser des tranchées coupe-feu pour éviter la propagation des flammes à travers la végétation de la plus grande zone humide de la planète, qui s’étend aussi au Paraguay et en Bolivie. 

Incarcéré depuis dix ans, Eliseu dos Santos est fier de se rendre utile en dehors de sa cellule, en prêtant main-forte aux pompiers pour combattre les incendies qui ravagent le Pantanal brésilien. L’AFP a accompagné un groupe de prisonniers aidant les pompiers à creuser des tranchées coupe-feu pour éviter la propagation des flammes à travers la végétation de la plus grande zone humide de la planète, qui s’étend aussi au Paraguay et en Bolivie.De janvier à fin août, 18.646 km2 sont partis en fumée, soit 12,4% du Pantanal brésilien, dans une année de sécheresse exceptionnelle, la pire en 47 ans.

– Réinsertion –

Aux abords de la végétation embrasée, les détenus puisent dans des ruisseaux l’eau destinée aux lances à incendie, étouffent les flammes avec des sortes de grandes pelles et aident les pompiers dans toutes sortes de taches.

Incendie au Pantanal près de la route Transpantaneira, le 12 septembre 2020 au BrésilLa seule chose qui les distingue vraiment des autres bénévoles présents sur place, c’est le bracelet électronique placé autour de leur cheville.

Ils sont aussi suivis de près par des policiers.

« L’objectif est de les aider à se réinsérer dans la société », explique Alex Rondon, agent pénitentiaire qui coordonne l’opération.

La plupart d’entre eux ont du mal à trouver du travail à leur sortie à cause de leur casier judiciaire.

« C’est souvent à cause de ça qu’on a des récidivistes », estime M. Rondon.

En prêtant main-forte aux pompiers, les détenus peuvent laisser derrière eux « l’ambiance pesante » de la prison et côtoyer d’autres personnes tout en se sentant utiles, souligne-t-il.

« Ici, on nous traite comme des êtres humains, pas comme des personnes qui viennent du système carcéral. Ça change tout pour nous », souligne Eliseu dos Santos.

Il est déjà autorisé à travailler à l’extérieur à condition de revenir dormir en prison depuis environ cinq ans, grâce à son bon comportement.

L’erreur est humaine et je crois que tout le monde mérite une seconde chance. Si on ne nous donnait pas cette opportunité de devenir meilleur à l’avenir, ce serait plus compliqué », conclut-il.

mel/js/lg/jb/am

Dans un bidonville de Nairobi, un havre de douceur pour des enfants handicapés

Mercredi 23 septembre 2020 ((rezonodwes.com))– Dans le bidonville de Mathare, l’un des plus grands de la capitale kényane Nairobi, Elizabeth Waithera, 37 ans, a mis sur pied un centre dédié aux enfants atteints de handicap et souvent ostracisés par leur communauté et parfois même par leur propre famille.

La structure aux murs colorés recouverts d’animaux peints ou de personnages de dessins animés comme Winnie l’ourson fait figure de cocon pour les enfants.

« La plupart de ces jeunes et enfants souffrent de discrimination et d’ostracisme, y compris de la part de leurs parents », explique à l’AFP Mme Waithera, psychologue.

Le centre emploie des physiothérapeutes et des aides-soignants qui aident des enfants atteints de paralysie cérébrale, d’autisme, de surdité, de cécité ou encore de troubles mentaux.

Le thérapeut Dennis Mandera s’occupe d’un jeune enfant atteint de handicap dans un centre spécialisé du bidonville de Mathare, le 8 septembre 2020 à Nairobi, au KenyaUn thérapeute vient également deux fois par semaine grâce au soutien de l’ONG ActionAid.

Les jours où il n’y a pas de séance de physiothérapie, « le centre est reconverti en un centre de jour pour les enfants (…) afin d’offrir aux parents une pause dans leur emploi du temps surchargé par l’attention qu’ils doivent leur porter », explique la fondatrice du centre.

Cela leur permet « de chercher de quoi gagner leur argent ou juste de pouvoir se reposer ».

« Pour les enfants sourds ou aveugles avec suffisamment de motricité, nous avons commencé à leur offrir une formation professionnelle de base comme le crochet, en espérant un jour les former à l’utilisation de machines à coudre ».

Le thérapeut Dennis Mandera s’occupe d’un jeune enfant atteint de handicap dans un centre spécialisé du bidonville de Mathare, le 8 septembre 2020 à Nairobi, au Kenya »Et nous souhaitons dans un futur proche offrir ce genre de formation à des enfants (…) atteints d’autisme ou d’autres formes de handicap ».

Toutes les prestations sont gratuites et le centre est entièrement financé par des dons.

« C’est un véritable défi d’offrir tout ça gratuitement. Il faut garder à l’esprit que j’ai des employés qui doivent être payés, tout comme la nourriture, le loyer, les couches… C’est un énorme défi car nous dépendons de bienfaiteurs, ce qui veut dire qu’un mois peut être bon et le suivant difficile », explique Mme Waithera.

L’épidémie de Codiv-19 a eu un impact négatif sur le financement de la structure, rendant difficile le paiement du physiothérapeute à chaque fin de mois.

Le thérapeut Dennis Mandera montre à une mère comment prendre soin de son jeune enfant atteint de handicap dans un centre spécialisé du bidonville de Mathare, le 8 septembre 2020 à Nairobi, au Kenya »Mais il a été très gentil et il a continué d’offrir ses services, en temps et en heure, même lorsque nous ne l’avions pas payé pendant plusieurs mois d’affilée ».

23 Septembre 1887. Un tremblement de terre secoua la région septentrionale d’Haïti

“Un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir”, disait Aimé Césaire. Voici l’éphéméride du 23 septembre 2020

Ce tremblement de terre occasionna des dégâts dans toutes les zones de la région septentrionale, du Môle Saint Nicolas à Fort-Liberté. Dans un communiqué publié dans le Moniteur du 6 octobre 1887, le gouvernement du président Salomon fit état de maisons « lézardées » à Port-de Paix, de « 126 maisons détruites » au Môle Saint Nicolas, de « pertes » au Limbé et à la Grande Rivière du Nord.

23 septembre 1831 Loi consacrant la fondation de Pétion-Ville

Le projet de faire de cette ville, située au flanc des montagnes de la Coupe et dédiée au président Alexandre Pétion, la capitale d’Haiti n’a jamais été réalisé. Pendant longtemps, Pétion-Ville fut une sorte de ville dortoir; aujourd’hui, elle s’impose par elle-même devenant un centre d’affaires très florissant.

Le saviez vous ?

New York a un musée entièrement dédié au sexe !

Le musée de l’érotisme (Museum of Sex), fondé en 2002 par Michael Glucka, a pris un sujet qui est souvent tabou dans la société et l’a présenté sous la forme d’une exposition éducative et informative avec une atmosphère sexy et légèrement illicite au coeur de la ville de New York. En effet, le musée, connu aussi sous le nom de MoSex, s’efforce d’informer le public sur l’histoire, l’évolution et l’importance culturelle de la sexualité à travers les âges.

Pensée du jour

L’échec est seulement l’opportunité de recommencer d’une façon plus intelligente. Henry Ford

En savoir plus :

Météo Haïti: les prévisions pour ce Mercredi 23 Septembre 2020

Météo Haïti: les prévisions pour ce Mercredi 23 Septembre 2020

La météo du jour sur juno7 avec Chrisnette Saint Georges.

Port-Au-Prince,Haïti.- Nous vous présentons les nouvelles pour ce mercredi 23 Septembre 2020. Voici les prévisions pour Haïti, pour Port-au-Prince et les villes de province . Aussi la tendance pour les deux prochains jours.


En savoir plus :

Haïti: L’essentiel de l’actualité du mercredi 23 septembre 2020

Haïti: L’essentiel de l’actualité du mercredi 23 septembre 2020

Haïti : l’essentiel de l’actualité

Ne ratez aucune info, Retrouvez toutes les informations et l’essentiel de l’actualité Haïtienne tous les jours sur Juno7.

En guise d’installation, l’Exécutif procède à la présentation des nouveaux membres du CEP

Prévu pour 2h de l’après-midi, ce rendez-vous tant attendu a accumulé de longues minutes de retard. Le Palais National entendait laisser le temps aux 9 nouveaux conseillers électoraux de prêter serment par devant la Cour de Cassation de la République selon le vœu de la Constitution. Une partie du programme de la journée n’a pas été respectée pour des raisons qui restent floues. La Cour de Cassation n’a pas encore communiqué les raisons officielles de ce contretemps.

Haïti: Levée de bouclier contre la formation du nouveau CEP

La décision du président Jovenel Moïse de nommer les 9 nouveaux conseillers électoraux soulèvent la colère des dirigeants de partis politiques de l’opposition. Des structures comme le Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP) et le Mouvman Twazyèm Vwa (MTVAyiti) dénoncent la formation illégale du nouveau Conseil Électoral Provisoire. Ces organisations politiques de l’opposition n’en finissent pas de dénoncer une violation grave de la Constitution au regard de la mission des nouveaux conseillers électoraux nommés par arrêté présidentiel du vendredi 18 septembre 2020.

La FBH demande à la Cour de Cassation de surseoir à la prestation de serment des nouveaux membres du CEP

Alors que la cérémonie d’investiture des neuf membres du CEP est prévue ce mardi après-midi au Palais National, des secteurs continuent d’élever la voix pour dénoncer le caractère inconstitutionnel de l’arrêté nommant les membres du CEP. D’autres secteurs entreprennent des actions pour tenter de stopper les actes anti-constitutionnels de l’exécutif. En effet, la Federation des Barreaux d’Haiti (FBH) a adressé une correspondance à la Cour de Cassation pour demander aux juges de ne pas organiser la cérémonie de prestation de serment des nouveaux membres du Conseil Electoral Provisoire.
Juno7 publie dans son intégralité la correspondance de la FBH à la cour de Cassation.

Le gouvernement et le secteur privé s’accordent sur l’affichage des prix des produits en gourde

En présence des ministres de l’économie et des finances, Michel Patrick Boisvert ,du commerce et de l’industrie, Jonas Coffy et du gouverneur de la BRH Jean Baden Bubois, le chef du gouvernement, Joseph Jouthe a signé, ce mardi 22 septembre, un protocole d’accord avec le président de la Chambre de Commerce et d’industrie (CCIH), Bernard CRAAN sur la mesure d’affichage des prix des produits en gourde sur tout le territoire national.

L’APP n’honore plus ses obligations envers les propriétaires de stations-service, l’ANAPROSS indignée

Malaise au sein du secteur pétrolier en Haïti. Depuis le 1er août 2020, l’Association professionnelle du Pétrole (APP) a décidé de ne plus honorer ses obligations contractuelles envers les propriétaires des stations, distributeurs des produits pétroliers, en cessant de verser la remise communément appelée ristourne ou loyer. Cette décision met l’ANAPROSS, comprenant actuellement 133 propriétaires totalisant 257 stations-service, dans tous ses états jusqu’à la pousser à écrire au Ministre des Finances et de l’Economie, Michel Patrick Boisvert pour exprimer ses frustrations.

Le conseil exécutif de l’UEH n’approuvera aucune évaluation académique à l’EDSEG

Dans une résolution datant du 21 septembre, le Conseil exécutif de l’UEH a annoncé qu’il n’approuvera aucune évaluation académique à l’Edseg jusqu’à l’installation de la commission de restructuration. Les signataires de cette résolution ont invité, du même coup,  le secrétaire général, l’assistant directeur et les membres du comité directeur du Conseil des professeurs de l’Edseg à une rencontre au rectorat le 24 septembre 2020 à 11 h AM.

Trafic d’armes: deux individus arrêtés, 5 pistolets et des munitions saisis en l’espace de 72 heures

La mobilisation des autorités douanières et de la Police Nationale d’Haïti continue de donner des résultats. Cette mobilisation permet aux autorités de faire des saisies presque chaque semaine. C’est ainsi que deux individus, deux femmes, ont été appréhendés le lundi 21 septembre 2020 après que les brigadiers dépêchés au bureau de Douane du Cap-Haïtien ont saisi 2500 unités de cartouches de calibre 12. Une autre saisie a été effectuée à Saint-Marc, département de l’Artibonite, durant le week-end écoulé. Les agents de la brigade déployée au port de Saint-Marc ont procédé entre le 18 et le 20 août 2020, à la saisie de 5 pistolets de calibre 9 mm et de 464 cartouches dont 275 unités de calibre 9mm.

Le taux de référence de la BRH pour ce mercredi 23 septembre 2020

Le taux de référence de la BRH pour ce mercredi 23 septembre 2020 est de 75,98 gourdes pour un dollar.

Ce taux de référence, précise la Banque de la République d’Haïti(BRH), est calculé en fonction des transactions et opérations d’achat de dollars effectuées la veille sur le marché des changes.

Ce taux de référence est toujours disponible sur le site de la BRH, et sur le compte Twitter @BRHhaiti.

En savoir plus:

En guise d’installation, l’Exécutif procède à la présentation des nouveaux membres du CEP

En guise d’installation, l’Exécutif procède à la présentation des nouveaux membres du CEP

Le président Jovenel Moïse a fait la présentation des nouveaux membres du Conseil Électoral Provisoire et a remis à chacun des membres une copie de l’ampliation ce mardi au Palais National.

Port-au-Prince, Haïti.- Prévu pour 2h de l’après-midi, ce rendez-vous tant attendu a accumulé de longues minutes de retard. Le Palais National entendait laisser le temps aux 9 nouveaux conseillers électoraux de prêter serment par devant la Cour de Cassation de la République selon le vœu de la Constitution. Une partie du programme de la journée n’a pas été respectée pour des raisons qui restent floues. La Cour de Cassation n’a pas encore communiqué les raisons officielles de ce contretemps.

Ce qui était annoncé en grande pompe comme une cérémonie d’investiture des nouveaux membres du CEP s’est finalement transformée en une présentation au public et une remise de copie des ampliations à chacun des nouveaux conseillers, aui n’ont pu prêter serment devant la plus haute instance de justice du pays.

Le président Jovenel Moise, à l’occasion de la présentation des nouveaux conseillers électoraux à la nation, les a appelé à accomplir leur travail avec courage, neutralité et impartialité. Le chef de l’État a rappelé que le Conseil Électoral Provisoire est un outil important dans la préservation de l’équilibre démocratique.

En guise d’installation, l’Exécutif procède à la présentation des nouveaux membres du CEP

« En acceptant de devenir membre de ce Conseil Électoral vous faites un acte de courage pour lequel la République vous sera éternellement reconnaissante » a martelé le président Jovenel Moïse en s’adressant à ses hôtes tout en mettant l’accent sur le contexte difficile de la présentation des nouveaux conseillers électoraux.

« Vous devez vous attendre aussi à être calomniés et contestés dans la conjoncture actuelle » prophétise le président Jovenel Moïse précisant que les élections restent la voie idéale pour accéder au pouvoir.
L’exécutif est déterminé à doter le Conseil Électoral Provisoire des moyens nécessaires pour organiser les prochaines élections selon le président Jovenel Moise qui exhorte le ministre de la justice et la police nationale à prendre des dispositions pour assurer la sécurité de tous les conseillers électoraux.

Le conseiller électoral Patrick Numas, qui s’est exprimé au nom du CEP, promet d’assumer dans la stricte indépendance la responsabilité d’organiser un scrutin loyal et impartial. Il balaye les doutes formulés sur les membres composant le nouveau collège électoral.

Cette présentation a eu lieu en présence du premier ministre Joseph Jouthe, de plusieurs ministres dont celui des Affaires Étrangères et des Cultes Claude Joseph, de nombreux secrétaires d’État et des membres du Corps Diplomatique.
Toutefois l’ambassadeur des États-Unis en Haïti, Michèle Sison, et la cheffe du Bureau Intégré des Nations-Unies en Haïti (BINUH), Helen Meagher LaLime, n’ont pas été remarquées.

En savoir plus:

l’APP n’honore plus ses obligations envers les propriétaires de stations-service, l’ANAPROSS indignée