Tuesday, October 27, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


(Vidéo) – L’ingénieur Joseph Jouthe qui jure fidélité et allégeance à Son Altesse royale et alter ego Jovenel Moise, déclare qu’il n’a pas à « commenter ses décisions »

By admin , in ACTUALITÉS , at March 6, 2020 Tags: , ,

les décisions de Jovenel Moise ne font l’objet d’aucun commentaire, selon le PM de facto Joseph Jouthe.

Le premier des Premiers-ministres d’Haïti, maître Martial Célestin du RDNP, éclata en sanglots lors de son investiture à la Primature en février 1988, après que l’armée du général Henri Namphy eut pensé faire la part belle à l’esthétisme du professeur Leslie François Manigat pour lui confier brièvement les rennes du pays. Mais, malgré tout et même en pleurnichant, contrairement à l’Ing. Jouthe, également parachuté, Me. Célestin n’était pas arrivé à descendre à un niveau inférieur à 10 mm de hauteur du degré de rampe de lancement des flatteries, de basses œuvres et de conneries et d’une chronique de crimes d’Etat annoncée.

Jeudi 5 mars 2020 ((rezonodwes.com))–« Je serais parvenu sur ce mont escarpé si comme toi j’avais rampé« , les Paul Denis, Edmonde Supplice Beauzile, Eric Jean-Baptiste, Clarens Renois, qui, quoiqu’on dise, ki tal dèyè ti rès la tou, n’avaient aucune volonté d’être le dindon de la farce, car à la fin de la journée, en ont fait preuve, et maintenant devraient faire sien cet extrait du « chien et la couleuvre » de Jules Solime Milscent, le chantre de la poésie haïtienne situant le politicien nèg lakay dans ses démarches personnelles de réussir seul au nom du peuple.

Le nom de Joseph Jouthe n’était en aucun cas sur la table des discussions pour trouver à Jean-Michel Lapin un remplaçant, fruit d’un réel consensus, Emmanuel Ménard démontra son dédain pour l’heureux choisi, qui s’est révélé jeudi, un vrai soumis et un « J’approuve » répugnant dans tout le sens propre du terme. En jurant fidélité et allégeance à Jovenel Moise, Joseph Jouthe a dépecé la fonction de premier ministre et élevé le chef de l’Etat à la dimension d’un prince attendant qu’on fasse tout pour lui.

Pour parvenir à la formation de ce deuxième gouvernement de facto, il n’est un secret pour personne que toutes les grandes décisions aient été prises, adoptées par les mains tirant sur les ficelles des marionnettes et adaptées aux circonstances du moment ensuite l’acte signifié au prince régent. Jovenel Moise, lequel n’inspire presque plus confiance pour ses multiples promesses répétées et sans jamais parvenir à un point d’aboutissement dans ses engagements, a vu sa fonction rétrogradée à un simple exécutant et que la seule personne capable de le porter à un petit niveau dimensionnel, c’est son alter ego l’Ingénieur Joseph Jouthe, d’une autre école des arts, des sciences et des mathématiques, sans usurpation de titre. Un crime punissable ailleurs et tous les « amis d’Haïti » le savent purement bien.

« Lè’m rantre nan biwo prezidan Jovenel, mwen rantre ak lide’m » a déclaré le Premier-ministre de facto, Joseph Jouthe, lors de son intronisation au cours d’une soirée riche en émotions après les larmes de crocodile versées par Jean-Michel Lapin, que l’histoire aura à questionner pour ses gabegies administratives et ses décisions illégales et unilatérales arrêtées. Les haitiens devaient maintenant se demander, si effectivement ce nouveau PM arrivera à se montrer utile au cas où les fameuses élections-sélections en vue n’auront pas lieu à une époque déterminée que le temps et les circonstances restent à établir.

Un PM jurant fidélité et allégeance à son alter ego, tous deux des « ingénieurs« , [voir rapport Petro Caribe] et qui ne veut pas entamer avec lui des discussions dans le sens contraire, est plus que dangereux. Jouthe, par cette attitude, fait penser au tristement célèbre Dr. Roger Lafontant qui criait que « la présidence à vie n’est pas négociable« . « Lè’m sòti, mwen sòti ak lidé pal« , tout compte fait, M. Jouthe se serait déjà mis d’accord avec le prince d’Haïti pour entériner le principe légal de tout suivi du dossier Petro Caribe, le crime financier du siècle, puisque, selon lui, « ke’m kontan, ke’m pa kontan, e mwen pa gen pou’m kòmante lè chèf pran yon desizyon« .

Jouthe, peut-il encore se regarder dans une glace après un tel désaveu et a-t-il pensé à demain quand il doit lui aussi plier bagage et foutre le camp de ce lieu maudit entraînant le pays dans les profondeurs perdues du sh***, pour répéter un grand de ce monde ?

Comments


Leave a Reply


Your email address will not be published. Required fields are marked *