Dans le nord d’Italie, «On ne sait plus où mettre les morts, certaines églises sont utilisées. Tout ceci est accompagné de sentiments très profonds», raconte l’évêque de Bergame, Mgr Francesco Beschi, interrogé par Vatican News. Les quotidiens locaux publient cinq fois plus d’avis mortuaires qu’habituellement. Parmi eux, des dizaines d’hommes d’églises.

Vendredi 20 mars 2020 ((rezonodwes.com))– Le nombre de prêtres morts du coronavirus s’allonge de jour en jour dans le nord de Italie, durement frappé par la pandémie.

Le coronavirus a fait de nombreuses victimes parmi les prêtres catholiques de différentes paroisses du nord de l’Italie : une douzaine à Bergame, cinq à Parme, d’autres à Milan et à Crémone, selon le quotidien catholique Avvenire.

La station de radio catholique de la Conférence des évêques italiens (Cei), InBlu, a expliqué qu’en raison des mesures visant à prévenir la propagation du virus, les prêtres devraient éviter de donner les derniers sacrements, l’huile sacrée qui est étalée sur les malades qui sont sur le point de mourir.

Aux côtés des médecins, infirmières, de nombreux prêtres viennent bénir les patients atteints dans les services de réanimation.

«Un prêtre qui a perdu son père m’a téléphoné. Lui est en quarantaine, la mère est en quarantaine seule dans une autre maison, ses frères sont en quarantaine et les funérailles ne sont pas autorisées. Il sera emmené au cimetière et enterré sans que personne ne puisse participer à ce moment de la piété humaine et chrétienne», raconte Mgr Francesco Beschi.

Leave a comment

Your email address will not be published.