Le pétrole termine en baisse de 8,1% à New York à 18,27 dollars, une baisse qui remonte à 2002.

Pour l’organisation des producteurs et exportateurs de pétrole (OPEP) Il s’agit d’« un choc historique, brutal, extrême et d’ampleur planétaire » pour le marché du pétrole. Selon ses prévisions, l’OPEP entrevoit un effondrement historique de la demande mondiale d’or noir en raison de la paralysie économique généralisée due au Covid-19 avec une baisse de la consommation « sans précédent » de 6,85 millions de barils par jour par rapport à 2019.

Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), plombée par la paralysie économique due au Covid-19, la demande mondiale de pétrole subira cette année un effondrement “historique” de 9,3 millions de barils par jour et retombera ce mois d’avril à son plus bas niveau depuis un quart de siècle. Et voilà le plongeon historique commence à se matérialiser.

Pour tenter d’enrayer la dégringolade des prix, l’OPEP et ses principaux partenaires se sont accordés dimanche sur une baisse de la production de 9,7 millions de barils par jour en mai et juin.

A lire aussi:

Covid-19: le gouvernement américain octroie 13,2 millions de dollars à Haïti

Leave a comment

Your email address will not be published.