Thursday, September 24, 2020
Ann ret konekte ak Peyi w


COVID 19 : le jury d’évaluation de l’UEH soumet son rapport

By admin , in ACTUALITÉS , at August 5, 2020 Tags: , ,

Le jury de compilation et d’évaluation des remèdes traditionnels contre le COVID-19 en Haïti a présenté son rapport le 30 juillet dernier.

Port-au-Prince, Haïti.- Ce jury composé d’éminentes personnalités du monde de la médecine a été formé le 4 juin dernier par le Conseil Exécutif de l’Université d’État d’Haïti. Il a été institué alors que les recettes ou formules censées guérir ou protéger du coronavirus (COVID 19) pullulaient dans le pays.

Les professeurs Audalbert Bien-Aimé (spécialiste en nutrition animale), Justin Casimir (chimiste), Marc-Félix Civil (docteur en médecine, spécialiste en éthique), Ernst Noël (virologue) et Marilise Rouzier (biologiste-botaniste) ont été chargés d’émettre un avis scientifique et éthique sur les formules et recettes utilisées ou mises en place mais aussi préciser les propriétés et éventuels effets secondaires des plantes entrant dans la composition de ces recettes. Ils devaient également produire des recommandations à la fin de leur travail.

Après des séances de travail qui ont duré un mois et demi, les scientifiques ont dénombré 72 recettes traditionnelles censées prévenir et combattre la pandémie de Covid-19.

70 produits différents ont été utilisés dans la préparation de ces recettes dont une soixantaine d’espèces de plantes, 5 produits d’origine animale et d’origine minérale.
Miel, gingembre, citron, aloe (Lalwa en créole), girofle, ail, oignon, cannelle et armoise sont les produits de base les plus prisés dans ces recettes ou formules anti-COVID 19.

D’autres produits comme la muscade, les œufs, le lait, l’eucalyptus, l’asosi, l’orange amère (sure), le persil, le safran, la citronnelle, le basilic, la carotte, le kase sèk, l’absinthe, le ricin, la betterave, la verveine, le moringa et le pois puant sont également utilisés.

Les observations du jury de l’UEH

1) Plusieurs recettes sont potentiellement capables de répondre à la fois aux symptômes et au blocage des complications alors que d’autres peuvent prévenir la maladie.

2) Ceci indique une bonne connaissance de la phytothérapie et une adresse particulière à manipuler les plantes et les associer.

3) Le fait qu’il s’agit d’une population n’ayant jamais renié ses savoirs ancestraux en ce qui trait à l’usage des plantes et qui a toujours fait appel à la phytothérapie pour traiter ses maux quotidiens, a certes aidé à cette réaction rapide et adéquate à une maladie complètement inconnue jusqu’ici

4) Ce riche savoir a sans doute contribué à éviter de nombreuses pertes en vie au sein d’une population déjà affectée par une situation socio-économique catastrophique.

Cependant l’utilisation de certaines plantes ou le fait de les mélanger à d’autres n’est pas sans danger préviennent les scientifiques de l’Université d’État d’Haïti. Par exemple, l’armoise, l’absinthe et l’absinthe marron ne devraient pas être administrés par voie orale.
Le fait d’associer plusieurs plantes ayant un effet anticoagulant peut provoquer des saignements chez les utilisateurs.

Certaines des recettes ou formules représentent un risque majeur pour les femmes enceintes, les femmes qui allaitent et les enfants en bas âge. Les hypertendus et les diabétiques, souvent considérés comme à risque par rapport au COVID-19, sont appelés à prendre des précautions en utilisant des mélanges complexes à base de plantes naturelles.

Tout en invitant la population à rester sur ses gardes par rapport à la pandémie, qui a relativement épargné Haïti, en respectant les consignes sanitaires, le jury de compilation et d’évaluation des remèdes traditionnels contre le COVID-19 exhorte les haïtiens à profiter des produits locaux riches en vitamines et en minéraux afin de renforcer leur système immunitaire contre le COVID-19 et les autres maladies infectieuses.

A lire aussi :

Comments


Leave a Reply


Your email address will not be published. Required fields are marked *